Blog

25 Aug 2016

LE SANGLIER est lâché !

Aujourd'hui sort en librairie mon dernier roman en date, Le Sanglier, et j'ai envie de vous en parler un peu.

Dans ce roman, vous allez faire la connaissance d'un couple : Carole et Christian.

Ils habitent une vieille maison délabrée dans un coin de montagne. Ce sont des "néo-ruraux" relativement jeunes, mais avec déjà du vécu derrière eux. Cela fait quelques années qu'ils sont ensemble et ils n'ont pas d'enfant. Ils ont quitté la ville et ses complications dans l'espoir de trouver, ailleurs, une vie plus harmonieuse, plus simple, plus en phase avec leurs besoins authentiques.

Bien qu'ayant quitté la ville, ils sont de temps en temps obligés de prendre la voiture, de faire de la route et d'y retourner pour effectuer une série de courses et de commissions. Et ce roman les raconte précisément lors d'une de ces journées, un samedi peu avant Noël, où ils se livrent à ce périple urbain... Et là, à cause de petites choses qui partent de travers, ce samedi ordinaire devient un samedi de guerre ordinaire.

Tout se déroule en quelques heures. C'est un roman dont l'intrigue suit une ligne resserrée, qui tient en peu d'actions. A travers le récit d'une journée, j'ai cherché à explorer minutieusement la vie de mes personnages.

Ce livre traite, bien sûr, de la relation amoureuse, du couple, de la communication et de l'incompréhension. Ce roman est né d'une interrogation : comment se fait-il que, même avec les meilleures intentions du monde, même en étant très amoureux, nous ne pouvons pas nous empêcher d'échouer et de faire du mal à l'autre ? A croire que, finalement, nous ne sommes pas à la hauteur de notre désir d'aimer...

Et tout ceci se déroule, notamment, dans ces zones névralgiques de la vie contemporaine que sont les centres commerciaux, avec leurs parkings, leurs ronds-points, leurs affiches publicitaires, leurs boutiques qui sont partout les mêmes, la foule, les voitures, la malbouffe de la restauration rapide... bref, tout le tourbillon mercantile de la société de consommation. Il ne s'agit pas d'un simple décor, mais d'un véritable écosystème. C'est à dire qu'il y a un rapport de type vital entre ce monde-là et le désarroi profond de mes personnages : l'un et l'autre se nourrissent mutuellement. Quand, aux blessures du coeur humain, ce monde n'apporte plus comme réponse que l'ingéniérie mortifère de la consommation de masse, on peut vraiment se demander ce qu'il va rester de nos amours au temps des supermarchés ?

Ce roman m'a demandé un travail d'écriture bien particulier. Contrairement au lyrisme jaillissant de Miel et vin, ici l'écriture m'a révélé toute sa puissance dans une forme de minimalisme, dans un style nu et poétique vers lequel j'ai tendu. Le plus important était de trouver le bon point de vue, la perspective juste depuis laquelle écrire les tribulations de ce couple. Une distance précise, millimétrée, était nécessaire, mais aussi un regard dénué de jugement et de causalité.

Ce roman est donc réaliste, dans le sens où il invite le lecteur à l'exercice intellectuel qui passe pour être le plus difficile qui soit : la stricte observation de ce qui est.

Enfin, en écrivant ce livre, j'ai souvent pensé à cette citation d'Audiard qui dit : "heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière". Mes personnages étant très fêlés, j'espère qu'il laisseront passer beaucoup de lumière et que le lecteur s'en trouvera éclairé.

Merci d'avance pour vos lectures et vos commentaires.

 

Myriam Chirousse - Bras d'Asse, le 25 août 2016.

 

 

 

 

14 Aug 2016

"Miel et vin" revient !

Sept ans après sa première parution en 2009 chez Buchet Chastel, Miel et vin, mon premier roman, sort cette année chez Libretto en collection semi-poche. Le carton des premiers exemplaires est arrivé la semaine dernière à la maison, immortalisé par la photo-souvenir habituelle ! Sortie le 18 août en librairie, pour les veinards qui s'apprêtent à partir en vacances alors que les autres préparent déjà la Rentrée...

02 Apr 2015

Prix du Livre Azur 2015

Une bonne nouvelle ! La paupière du jour est en lice pour le Prix du Livre Azur 2015, décerné par le Conseil Général des Alpes-Maritimes. Remise du prix en juin : croisons les doigts !

 

track